Work in progress

Je suis plongée dans l’écriture du Masque du Caracal, le tome 3 des Chroniques des Hémisphères, dont la sortie est prévue en septembre. Nous sommes déjà mi-avril,  le printemps est capricieux, comme moi, et tous deux, nous nous employons à faire éclore doucement le fruit d’un travail silencieux (sauf pour mon entourage)  et lent.

La partie immergée de l’iceberg (l’iceberg étant le livre que vous aurez en mains et les mots que j’aurai sélectionnés pour vous faire voyager), ce sont de longues, très longues heures devant mon ordi, cahiers de brouillon et plans (dessinés d’une main peu habile, mais contrairement à ce que j’aurais aimé, je n’ai pas le talent d’une Dominique Marques , et mes oeuvres picturales  sont juste destinées à encombrer mes futurs potentiels ayant-droits),  à écouter de la musique d’ambiance plutôt sombre (pour suivre la playlist, c’est ici), boire du Perrier en chaussettes ou dans un café en tentant de résister à l’appel chocolaté de Marco Lini.

Rien de passionnant à montrer, mais si on pouvait voir à l’intérieur de ma tête, ça serait un peu …

Les temps modernes

Mon programme: des motivations de personnages à resserrer, des préparations à huiler, des objectifs à atteindre, mais des obstacles en tous genres à dresser, avec l’envie profonde de profiter de ce dernier tome pour m’éclater et clôturer les aventures de Caracal et Sagana comme il se doit.

Je retourne à mon Perrier. En chaussettes, ce matin.